Enquête sur le self stockage

Catherine Rollot, journaliste au Monde, signe une enquête sur ce qu’elle appelle les « usines à box » ; ces centres de self stockage qui poussent comme des champignons aux abords des grandes villes et sur les grands axes routiers. Elle a mené l’enquête pendant une année, s’immergeant dans l’intimité de ceux qui les tiennent et de ceux qui les utilisent. La vie en boîte vient de paraître au Seuil !

Le livre s’ouvre sur un extrait des Choses de Georges Perec, belle entrée en matière pour illustrer un problème grandissant : le manque de place.

« Certains jours l’absence d’espace devenait tyrannique. Ils étouffaient. Mais ils avaient beau reculer les limites de leurs deux pièces, abattre des murs, susciter des couloirs, des placards, des dégagements, imaginer des penderies modèles, annexer en rêve les appartements voisins, ils finissaient toujours par se retrouver dans ce qui était leur lot, leur seul lot : trente-cinq mètres carrés ».

enquête sur le self stockage

Le self stockage, des usines à box

Le décor : Box Avenue, situé à Thiais en banlieue parisienne. Un centre de self stockage aménagé dans un ancien centre d’embouteillage de la société Ricard datant des années 1930. Le bâtiment en brique rouge abrite plus de 900 box, répartis sur des kilomètres de couloirs aux portes numérotées. On y croise Jean-Jacques Busson et Alexandre Parsi qui ont lancé l’enseigne en 2009.

Lumière blanche, univers métallique, caméras de surveillance, les centaines de boîtes attendent d’être remplies par des clients qui généralement habitent dans les environs. Ils y viennent quand ils veulent et le ballet d’allées et venues semblent ne jamais s’arrêter vraiment.

Autant de box de self stockage que d’histoire de vie

Catherine Rollot, elle, ne s’embarrasse pas. Elle a plutôt tendance a faire le tri, à voyager léger. Alors son expérience des garde meubles est plutôt light ! C’est sans doute ce qui aura motivé sa curiosité pour le sujet, la conservation.

Dans La vie en boîte, les portes s’ouvrent et les histoires se racontent. Appartements trop petits, loisirs envahissants, déménagement, précarité ou besoins professionnels, les box accueillent bien plus de souvenirs que d’objets de valeur. Page après page, on découvre des morceaux de vie. Ceux de Monique, Hendrick, Jacqueline, Gregory, Thierry… tous locataires de box depuis pas mal d’années. Mais on ne vous en dira pas davantage ! De notre côté, on a aimé « Destination finale » ou l’histoire de deux valises dans un box vide.

Et les utilisateurs de site de costockage ?

Catherine Rollot a aussi interviewé des membres du site JeStocke.com, le garde meuble entre particuliers. Nathalie et Erwan témoignent de leur expérience du partage de m2. Nathalie est propriétaire, Erwan locataire d’un garde meuble à Bordeaux et plutôt conquis par l’expérience !

Si l’aventure de louer un garde meuble entre particuliers vous tente, c’est juste en dessous !

garde meuble entre particuliers

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *